Qu'en est-il de Lord Sandra Von Bullock, de Victor, d'Odette et des autres, à l'orée de cette nouvelle année ? Nul le sait vraiment, même pas celui qui écrit ce blog.

Alors quoi ? Des jours, des semaines ont passées depuis la dernière note postée en cet espace blogguesque et force est de constater que, même si singulièrement éloigné du monde global (passablement agité), il n'en reste pas moins que le monde particulier a lui aussi été le lieu d'une singulière (et pas si désagréable que cela) période de (presque) agitation, et ce dans des territoires divers et variés (et, je le répète ici, bien que cela n'est qu'une importance et intérêt très relatifs, toujours résolument distant du monde global).

Et alors que celui qui écrit ce blog se dit en ce premier jour nouveau (?): " allez, il serait temps de se remettre à la rédaction régulière de notes en ce lieu blogguesque déserté ", (occultant pour l'heure tout type d'interrogation sur la raison, voire le sens d'une telle démarche), tout en réalisant qu'il assez agréable de se laisser (vraiment) porter par l'air du néant (celui du temps étant, ces derniers temps, obscurément pollué par de macro (ou pas) phénomènes sur lesquels finalement on ne peut (ou ne veut) pas agir, de façon très volontaire d'ailleurs, suis-ici obligé d'honnetement concéder), force est, de nouveau, de constater qu'aucun indice ou information ou signe ne puisse réellement permettre, avec certitude, d'envisager une telle " reprise ".

Nous voilà, de nouveau, bien avancés, (ce qui, par certains côtés, s'avère assez réjouissant finalement)...